top of page
Rechercher

Doit-on éviter le sel de déglaçage?

Avec le réchauffement climatique vient de plus en plus d’évènements météorologiques nouveaux et imprévisibles. Les précipitations de pluies verglaçantes se succèdent comme jamais au paravent. Afin d’assurer la sécurité de nos déplacements, le salage des trottoirs et des entrées de voiture est pratiqué par plusieurs


Ces sels sont couramment à base de chlorure de sodium (NaCl)…c’est-à-dire notre sel de table. Bien que ce sel soit efficace pour faire fondre la glace et la neige lorsque la température est au-dessus de -10C, il est inutile lorsque le thermomètre descend plus bas.

Mais tout ce sel a un autre impact non visible et beaucoup plus important sur notre environnement. Une partie du sel épandu rejoint inévitablement l’environnement et les cours d’eau qui entourent le lac pour finalement s’y accumuler hiver après hiver. Ce sel a ainsi un impact sur la faune et la flore aquatiques mais aussi sur les eaux du lac.


Au Québec, des exemples concrets nous ont montré l’importance grandissante de cette menace sur notre environnement. Selon un article du Devoir en 2017, une étude réalisée sur 900 puits artésiens du bassin versant de la rivière Saint-Charles à Québec a établi que 56 % d’entre eux contenaient des ions chlorure découlant de l’utilisation de sel sur nos axes routiers. Les sels de voirie sont également responsables de la dégradation de la qualité de l’eau du lac Clément, situé à la limite de l’arrondissement de Charlesbourg et de la municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury. Ce point d’eau présente des valeurs de conductivité et de concentrations en ions chlorure anormalement élevées, dépassant de manière générale le seuil de toxicité. Ces exemples reflètent l’importance de prendre position sur cette problématique afin de limiter l’impact du sel sur notre environnement… mais quoi faire?


Quel geste citoyen peut-on poser?


L’utilisation du sel est bien enracinée dans nos pratiques hivernales dû à la facilité de son utilisation et son faible coût. Cependant, à court et moyen terme, nous devons éliminer son utilisation! La solution la plus simple est de le remplacer par des abrasifs tel que les pierres antidérapantes et le sable. Ses matériaux son naturels et non dommageables pour l’environnement lorsqu’utilisés en faible quantité et de manière approprié.


Bonne continuité en cet hiver 2023/2024! Marché prudemment!




Posts récents

Voir tout

CLAT vous informe

Il est temps d'aller voir la publication de ce printemps de votre bulletin édition 2, volume 1

Comentarios


bottom of page